Accueil > Vivre au Minihic > VIE ASSOCIATIVE > Les associations vous informent

ACCA

Association Communale de Chasse Agréée

Association Communale de Chasse Agréée
CoordonnéesACCA
Informations

C’est d’autant plus vrai et nécessaire au Minihic que les superficies soustraites au territoire chassable deviennent de véritables réserves où les populations de renards, blaireaux, fouines sont en augmentation constante ;  malheureusement les dégâts aux cultures, à la petite faune sauvage et aux poulaillers aussi.

Si une « bordure » de maïs ou de blé fait les délices des blaireaux, des sangliers ou des chevreuils, saigner une trentaine de poules et canards en une nuit (c’est arrivé en 2012 !) est dans les cordes d’un renard ou d’une fouine. Cette dernière qui ne dédaigne pas les petits lapins ou lièvres est aussi une grimpeuse experte et visite systématiquement les nids des oiseaux dont elle se régale des œufs. Elle est concurrencée en cela par les pies et corbeaux qui, s’ils doivent livrer de vrais combats aux pigeons ou tourterelles pour s’emparer de leurs petits, n’ont aucun mal à ravager, pour 30% estime-t-on, les nichées de merles, grives et autres passereaux des haies. Mieux protégées sont les mésanges qui « planquent » leur famille dans le trou d’un vieil arbre ou le chardonneret (photo) dont il arrive qu’au grand dam du facteur il choisisse …votre boîte à lettres. Ainsi vit une faune sauvage où la loi du plus fort a parfois besoin d’être un peu tempérée pour préserver l’équilibre animalier de nos territoires. C’est ce que nous essayons de faire selon les règles très encadrées et contrôlées par les pouvoirs publics.

Le bilan de la saison 2012-2013 est mitigé. Il est satisfaisant concernant les pies et corbeaux capturés dans les cages que nous mettons à disposition des propriétaires de jardin qui souhaitent éliminer quelques prédateurs et préserver quelques petits oiseaux. Il l’est aussi pour la fouine plus audacieuse ou plus nombreuse qu’habituellement et dont cinq ont été prises. Par contre les renards semblent s’adapter à la situation. Ils se regroupent et prolifèrent dans les zones non chassées mais leur nombre les oblige à quêter leur nourriture essentiellement de nuit mais parfois de jour, dans les zones urbanisées. Il n’est pas rare qu’il nous en soit signalé y compris en centre bourg. Pour cette raison, un piégeage sera effectué par un piégeur agréé déclaré en Mairie selon la loi. Nous allons par ailleurs, sous l’autorité de la fédération départementale des chasseurs, vérifier la densité des nuisibles dans les zones «hors ACCA» de manière à nous assurer que la régulation y est normalement effectuée par leurs propriétaires comme ils s’y sont engagés.

Quant aux sangliers et chevreuils, eux aussi en forte augmentation, ils sont prélevés sur la base de comptages effectués chaque année au mois de mai en collaboration avec les services techniques de la fédération. Pour l’Association Communale de Chasse Agréée du Minihic
Le président : Coordonnées en mairie.